VIVANT2-toiles-3.jpg

 

Compagnie Les Trigonelles (66)

 

d’après la pièce de Bettina Wegenast (Ed. L’école des loisirs)

Mise en scène : Guilaine Philispart

Avec Sarah Cousy, Sébastien Fenner, Guilaine Philispart et Sylvie Polonio

Tout public à partir de 6 ans

Durée : 1h

 

Vu le 09 décembre 2010 en séance scolaire au théâtre Jacques Cœur à Lattes (34).

 

Blog_les-trigonelles_etre-l.jpgLe rideau est ouvert et les comédiens entrent en scène pendant que les enfants, très nombreux, s’installent. Le plateau est occupé par des carrés verts reliés par des filins aux cintres, auxquels sont également suspendus un certain nombre d’objets et de vêtements…

Les lumières s’éteignent. Une voix annonce « le loup est mort… ! », ce qui déclenche immédiatement la joie des comédiens/moutons qui vont enfin pouvoir vivre en paix ! Mais après moult considérations et  souvenirs de la bête et de sa méchanceté,  il apparaît que finalement, il manque quelque chose à l’équilibre de la nature. A tel point qu’un recrutement a été lancé pour embaucher un candidat apte à faire le travail.  

L’un des moutons qui, à plusieurs reprises, a fait preuve de méchanceté au sein du troupeau, est séduit par l’idée d’ETRE LE LOUP, d’autant plus que le costume est fourni, et le salaire motivant.. ! Il postule donc auprès de l’agent recruteur, qui ne voit pas d’objection à refuser le poste à quelqu’un de si motivé… Et voilà que ce mouton/loup va se révéler particulièrement agressif et s’attaquer à ses congénères. A tel point qu’un autre mouton va devoir postuler pour le poste du chasseur,  seul apte à combattre le prédateur… Après bien des rebondissements, chacun reprendra le rôle pour lequel il a été créé, et les moutons redeviendront tous de placides herbivores…

Ne nous y trompons pas, cette fable est bien plus profonde qu’il n’y paraît, et ouvre de larges considérations sur la soif du pouvoir et sur les limites qu’il faut savoir s’imposer… Toutes notions certes bien difficiles à appréhender pour des enfants de 6 ans, puisque c’est l’âge préconisé pour ce spectacle.

Bien que la pièce comporte quelques longueurs, notamment sur la fin, la mise en scène de cette idée saugrenue (au fond pas tant que cela !) d’imaginer qu’un « mouton » puisse devenir un « loup », est très inventive et plutôt décalée, pour ce qui concerne en particulier les scènes fantasmagoriques avec l’agent recruteur, qui ne sont pas sans rappeler l’univers de JP Jeunet.  A noter qu’il s’agit d’une création, dont c’était l’une des premières représentations publiques.

 

 

Autre spectacle de la même compagnie

 

 

 

 

Retour à l'accueil