VIVANT-3-COEURS-5.jpg

 

Evelyne Gallet, chanteuse originaire de Chambéry (73), a ouvert la soirée de Clarika à l’Heure Bleue de St Martin d’Hères (38), le mercredi 13 octobre 2010.

 

Distribution :
- Textes : Patrick Font et Matthieu Côte
- Musiques : Patrick Font et Matthieu Côte, Evelyne Gallet et Jean Ribbe
- Guitares et arrangements : Frédéric Bobin, Arnaud Jouffroy et Evelyne Gallet

    Blog_Evelyne-gallet-en-conc.jpg

Décidément : qu’est-ce que c’est bien, les premières parties ! Merci à l’Heure Bleue de jouer ce jeu-là, pour faire découvrir à ses publics des artistes déniché(e)s ici ou là.

Evelyne Gallet est de ceux-là. De ceux qu’on a plaisir à croiser le temps d’un soir et qui vous donnent le pêchon et la niaque. Ca met direct en plein dans le mil : " J’entends mon cul qui veut descendre dans la rue pour aller dans un autre pieu ". Chanson(s) pour qui ? Chansons-familles bien gentilles ? Pas sûr ! C’est plutôt gonflé, avec une liberté de ton(s), une liberté qui ose, genre attaque bille en tête criblée d’impertinence(s). Et cette nana-là, celle qui est sur scène, interpelle pour sûr, elle qui loin de déserter s’adresse au Président, elle qui botte le cul à la langue de Molière, aussi aux convenances convenues. Ca frise le mauvais goût, parfois, ou ça l’est pour de bon, d’autres fois avec cette pétulance pétillante qui se la pète de joie. Elle a la gouaille d’un Brassens quand il criait gare, gare au gorille. Elle n’a pas le physique d’Olive mais les biscoteaux de Popeye. Elle a la chaleur briochée du pain du matin qu’on croque avec ardeur. Elle nous fait mettre les voiles et donne envie de serrer des fanions dans nos poings levés pour défendre la Patrie en danger. Elle embarque, elle envole, elle se plante dans nos oreilles et se fiche en nos coeurs sans se moquer méchamment de ce qui nous fait Homme. c’est goûteux, ébouriffé, comme la confiture d’airelles sur tartine reblochonnée.

Un nana qui dépote ! Notre souhait : qu’elle (nous) revienne bientôt,cette canaille frondeuse.

 

Retour à l'accueil