Spectacle de la compagnie "Je pars à Zart" (34), vu au Théâtre Pierre Tabard (Montpellier) le 19 Mai 2013 à 14h, dans le cadre du Festival Midi-Minuit.Exercices de style


Textes : Raymond Queneau

Mise en scène : Tom Bertrand et Mona Cambon

Avec : Jess Avril, Louise Boullenois, Sarah Cazanova, François Di Carlo, Harry Grange, Kevin Le Guillou, Annette Roux, Lili Sagit, Julien Usseglio

Décors : Marilou Milani 


vivant-3-toiles-4

Genre : Textes mis en scène

Durée : 1h20

Public : tous à partir de 12 ans

 

 

 

Souvent joué au théâtre, cet ouvrage de Queneau raconte, en 13 lignes, l'histoire banale d'une rencontre fugitive dans un autobus parisien ! Tout l'intérêt repose dans la contrainte que l'auteur s'est imposée de la ré-écrire 99 fois, dans 99 styles différents... ce qui donne autant de petits textes surprenants.

La compagnie "Je Pars à Zart" en a sélectionné 24 pour un spectacle entraînant, et dont la créativité fantaisiste correspond à celle de Raymond Queneau. Les textes sont mis en voix dans des personnages imaginés par la mise en scène. Ces figures typées traversent ou investissent le décor d'une salle de café où un barman s'active, et dont une table est occupée par un écrivain/détective énigmatique. J'ai ainsi vu s'animer, pour quelques instants, des tranches de vie aussi diverses que celles d'un pédant, d'une clocharde, d'un peintre, d'un anglophone, d'une prostituée et d'autres encore, s'exprimant dans des styles ampoulé, vulgaire, visuel, anglicisant, tactile, etc. Et chaque fois c'est la même histoire qui est répétée ! Mais la forme et le ton sont toujours tellement différents que le public va de surprise en surprise. C'est ainsi qu'un fait anodin devient extraordinaire, et que la petite histoire sans intérêt fascine ! L'ensemble, loin de sembler disparate ou répétitif, crée au contraire une pièce de théâtre cohérente où les comédiens incarnent avec conviction, non seulement une variété de styles et langages souvent cocasses, mais aussi une diversité humaine étonnante.

 

Au-delà de l'exercice littéraire et théâtral, il m'a semblé que le choix des textes et la mise en scène interrogent la validité des témoignages, avec les questions de mémoire, de subjectivité, de parti-pris, etc. N'est-ce pas le sens de la présence de  l'écrivain/détective avec sa silhouette "à la Bogart" ? De la musique, du chant et un peu de danse ajoutent à l'humour débridé de ce spectacle stimulant, au rythme rapide. Les textes de Queneau prennent vie et le public rit beaucoup. J'ai passé un excellent moment devant cet exercice réussi.

Retour à l'accueil