Hippocampus-jass-gang.jpg

Concert de l'Hippocampus Jass Gang (34) entendu au JAM, à Montpellier, le 21 novembre 2013 en "soirée Découverte". 

 

 

Distribution :

Emily Cole (chant, guitare, piano, washboard), Gabriel Larès (guitare, trompette, clarinette, washboard, cavaquinho), Pierre Bayse (clarinette, guitare, trombone), Joseph Vu Van (banjo, guitare, piano, arrangements) , Gildas Legarrec (contrebasse, guitare), Alexis Chauvelier (guitare, contrebasse, flûtes), Heykel Bouden (violon, mandoline, guitare)

 

VIVANT-3-COEURS-5 

 

Tout public

Durée : 1 h 30

 

 

En ce qui me concerne, ce n’était pas une découverte puisque j’avais déjà apprécié les talents du groupe à l’espace VIAVINO à St Christol (34), lors d'une soirée en plein air dans le courant de l’été 2013. J’avais noté leur passage au JAM en novembre pour présenter leur troisième album « Jelly doll circus » regroupant des  morceaux issus de l’opéra swing sur lequel ils travaillent. Je m’étais promis de ne pas rater cette soirée… et franchement, je n’ai pas été déçue ! J’ai retrouvé toute la fougue de ces jeunes gens et leur plaisir manifeste (et communicatif !) d’être ensemble sur scène.

Evidemment, la charmante Emily Cole, petite blonde dynamique, est désormais un membre incontournable de cette formation née en 2008, qu’elle a rejoint en 2011 alors qu’elle arrivait tout droit de Chicago. Sa voix si particulière colle (c’était facile.. !) parfaitement au répertoire ragtime, swing, teinté de jazz new orleans dans lequel le groupe a choisi d’évoluer, et permet de marquer la mémoire. A tel point qu’il me semble difficile d'oublier Hippocampus Jass Gang, même en l'ayant entendu ne serait-ce qu'une fois ! Les musiciens qui entourent Emily n’en sont pas moins méritants. Tous excellents et multi-instrumentistes, ils passent aisément d’un instrument à l’autre.

Outre les réadaptions opérées par Joseph Vu Van de standards ou morceaux originaux, le groupe produit ses propres arrangements. Hippocampus nous livre ainsi une musique festive et entraînante, héritière des « string bands », agrémentée d’instruments autres que des cordes, et qui donne envie de swinguer. La prestation, au final, n’a pas manqué de séduire les nombreux habitués du JAM, dont je fais partie, et ceux venus en curieux pour cette soirée découverte. Tous sont partie le sourire aux lèvres !


Jeune équipe à ne pas perdre de vue donc… De plus en plus sollicités pour se produire dans les salles régionales, on peut parier que leur notoriété va bien vite s’étendre au-delà.

Retour à l'accueil