1000-issues_Ideaux-beurre-noir1.jpgSpectacle de la compagnie 100 issues (37), vu le 18 Juin 2013 au Printemps des Comédiens (Montpellier).

 

Création collective de et avec : Chris Egloff, Camille Francisci, Valo Hollenstein, Vincent Maggioni, Cyril Pernot et Lorca Renoux

Mise en scène : Hugues Hollenstein (Cie Escale) 

Création musicale : Cyril Pernot 

Scénographie : Valo Hollenstein

Collaborations artistiques de : Emmanuel Audibert, Cie 36 du mois 

Regard extérieur : Artur Toutlemonde

Assistant à la mise en scène : Sébastien Rouiller

Son : Léa Lamer 

Costumes : Jonathan Bonnet 

 

vivant-3-toiles-4

Genre : Beat de box de cirque et de mots 

Public : tous à partir de 9-10 ans

Durée : 50 min 

Création : 2011 

 


La Compagnie "100 issues", née en 2011, regroupe ici  trois artistes de cirque (mât chinois, corde molle, acrobatie au sol), un danseur, un acteur et un beat-boxeur.

 

Le Printemps des Comédiens nous offre, une fois de plus, une large gamme de spectacles de grande qualité et de styles très divers, susceptibles d'intéresser une grande variété de publics. Mais qui aurait dit que, dans une tranquille petite clairière du Domaine d’O, Pedro, jeune homme simple en jean et T-shirt allait affronter Belzébuth-Joli Coeur, pantalon rouge, cape de sang et de nuit jetée sur un torse d’athlète ? A l'évidence ce Belzébuth, « le Pablo Picasso de la boxe », bénéficie du soutien de Désiré, présentateur manipulateur méphistophélique et bavard qui surchauffe le public avec des discours enflammés... car "peut-on imaginer exister sans se battre ?" Une ravissante funambule, Jennifer-l'Inflexible, arbitrera le massacre au son de créations musicales accompagnées par du beat box, ce bruitage avec  la bouche effectué en live au micro.

Les spectateurs, intrigués et curieux, se massent autour du ring traversé en diagonale par une corde souple et sur lequel se dressent 4 mâts chinois. Désiré rassure le public tout en décevant les amateurs de gnons : "Il s'agit de combattre la peur par la hauteur, et le vide par les mots".

 

La première partie du spectacle est réglée comme du papier à musique. Le combat magistralement chorégraphié se joue en envols acrobatiques ultra-rapides où les corps s’affrontent et se mêlent avec des rebonds étourdissants autour des mâts et des cordes du ring. Jennifer arbitre comiquement, entre tentatives d’autorité et souples esquives. Mais, au fil des reprises, le flot verbal de Désiré devient de plus en plus inquiétant, décalé et drôle, malgré lui... Son poulain pourrait-il perdre ? Entre les rounds le musicien s'en mêle. Il y a des disputes et beaucoup d'humour !

La victoire, préméditée, de Belzébuth est immédiatement contestée par un intrus... Tiens, tiens ! Cette irruption déclenche un « après-match » hilarant avec une mêlée générale homérique inoubliable !! Jennifer-l'Inflexible, réfugiée en équilibre sur sa corde, vire et volte toute en flexibilité ; un boxeur groggy exécute une étonnante danse au ralenti ; un autre rappelle qu’on n’a « pas droit aux guillis » ; Désiré se fait salement malmener, et le beat-boxer, entre deux échauffourées, nous fait entendre tirs de mitraillette et battements de cœur. Bref, c’est un hallucinant désordre brillamment orchestré !

Lorsque Désiré réussit à ramener le calme je m'achemine, sourire aux lèvres, vers un monde que je pense plus tranquille et policé avec, peut-être, d'autres combats : les miens, ou ceux des autres, en arrière-pensées. Désiré n’a-t-il pas conclu que "victoire, défaite, ce n'est peut-être qu'une illusion" ?


J’ai beaucoup apprécié ce spectacle où acrobaties, funambulisme, danse, théâtre, sons et musiques, le tout démoniaquement cuisiné, nous font rêver. Nous étions environ 200 spectateurs sur 3 faces, debout, assis sur des tréteaux ou par terre. De jeunes handicapés ont beaucoup participé en encourageant les acteurs. On rit beaucoup, on admire les performances et on est un peu impressionné par le présentateur mi-démon, mi-philosophe qui combat si bien le vide. Dès que l'on est assez "grand" pour comprendre que ces batailles acrobatiques sont un jeu, on peut apprécier cet excellent spectacle, populaire dans le bon sens du terme !

Retour à l'accueil