http://isle80.files.wordpress.com/2009/12/blanquette4.jpgSpectacle de la compagnie "Jeux de Mains, Jeux de Vilains" (84) vu à l'Isle 80 (tous les jours à 13h3O) lors du festival Off d'Avignon 2012.

Présent sur le Off 2013

 

Genre : théâtre de mains

Avec : Sophie Guyot-Tabet, Marion Lalauze, Florian Martinet

 

Tout public à partir de 7 ans

Durée 40 mn

VIVANT2-toiles-3.jpg

Connaissant le travail d’une compagnie montpelliéraine, qui a également choisi de s’exprimer avec les mains, j’ai eu envie de voir comment cette autre compagnie appréhendait ce créneau. J’ai ainsi découvert un travail totalement différent, puisque les manipulateurs de la compagnie "Jeux de Mains, Jeux de Vilains" ont choisi d’être totalement dissimulés. Comme le veut le genre (marionnettes en théâtre noir), ils sont intégralement habillés de noir et le visage couvert, mais leurs marionnettes, ce sont leurs mains : six mains nues (puisqu’ils sont trois), absolument sans accessoires, évoluent  sur table.

Ils ont choisi d’explorer la thématique du loup en une « relecture » de deux histoires très connues : un conte (La Chèvre de M. Seguin) et un poème symphonique (Pierre et le Loup, de Prokofiev). Selon l’imagination de chacun, et sa capacité à voir ce qui n’est que suggéré, il est plus ou moins facile de s’approprier l’histoire. La première est soutenue par le langage, les acteurs-manipulateurs racontant tout en manipulant. La deuxième est soutenue par la musique. Peut être eut-il été favorable d’inverser, car il me semble plus difficile de rester concentré sur une histoire uniquement portée par la musique, ce qui génère une baisse d’attention lorsque le conte musical est positionné en second. Mais c’est un point de vue qui n’engage que moi, et peut-être induit par une certaine fatigue après quelques jours de festival sous une chaleur intense ! 

Evidemment, la compagnie ne s’est pas contentée de nous livrer ces deux histoires comme nous les connaissons, mais plutôt de façon très humoristique, un brin cynique et, disons le, amorale. Elle en a (un peu) modifié la chute, rendant son libre arbitre à chaque héros. Belle maîtrise, en tous cas, belle fluidité dans le passage d’un tableau à un autre, d’un personnage à un décor. C’est un travail propre à développer l’imaginaire chez les plus jeunes, mais aussi chez les grands !

A noter que la compagnie sera présente au festival "Art Pantin" qui se déroule à Vergèze (30) les 6 et 7 octobre 2012.

Retour à l'accueil