lhomme-fort.JPGSpectacle de la compagnie Bitonio, vu le Jeudi 24 Juillet 2014 à 11h00 sur l'Esplanade St Marie dans le cadre du festival Chalon dans la Rue 2014.      

 

De et par Anthony Mainguet 

Au Son : Rachida

 

 


VIVANT2-toiles-3Genre : Marionnettes, automates et théâtre

Durée : 45 min

Jauge : 300 pers.

À partir de 7 ans


Création : 2014

Répétition générale

 

Une incroyable structure que voilà ! Une machinerie de l’Enfer, toute en fer et en bois sertie de fils, cordes et autres poulies avec, au-dessus, Dieu, tel qu’il se présente lui-même. Enfin ça ne commence pas tout à fait comme ça… 

 

Au départ est faite l’annonce de M. Loyal qui est en grêve et nous explique pourquoi. Car oui, la grève a été votée massivement par les intermittents de Chalon dans la Rue réunis en assemblée générale sur le festival, et entérinée lors de la cérémonie d’ouverture du Mercredi 23 Juillet..

 

Visuels-2014-0028-recadree.jpg

 

Dieu, lui, a perdu son intermittence l’année dernière. Le problème est donc réglé… D’ailleurs, Dieu n’a pas fini son œuvre, et Il l’expose tout de go. « Bitoniau » (selon l’orthographe d’usage sur le dictionnaire), assemblé différemment, ça donne « Inabouti ». Effectivement, cette création qui m’a été donnée de voir manquait de fluidité, et les éternelles justifications du créateur m’ont semées le doute sur la part réellement inaboutie de ce spectacle. Les sytèmes de crochetages sont aussi précaires que l'assurance chômage, les compositeurs composent toujours des musiques trop courtes... Petite déception lors de l’assemblage de la tête et des bras de « Melle » qui se fait un peu rapidement. Peut-être gagnerait-il à être pensé comme pour les jambes, plus surprenant et original ? 

 

Un spectacle toutefois plein d'humour et de sensibilité, semblant tout droit sorti de l'Imaginarium du Docteur Parnassus, et laissant entrevoir la faiblesse de « Dieu », ses incertitudes, ses doutes, ses râtés… Dieu qui se fait huer (à sa demande) lorsqu’il descend sur terre pour dénouer un fil. Un comble. 

 

François Polge

Retour à l'accueil