la-lune-des-pauvres.jpgSpectacle de la Compagnie "Le Quintet plus" (66), Avignon, Théatre du Tremplin.

 

Tragédie baroque de Jean-Pierre Simeon

Mise en scène: Nicole Costa

Création lumière:Mathieu Havart

Musique: l'accordéon de Richard Galliano

Comédiens: Hélène Lencou, Elisabeth Casas, Fabien Marquet, Louis-Marie Martin.

 

 

VIVANT2-toiles-3Genre: théâtre

Public: adultes

Durée:  1h15

 

 

Pinaille rouspète, il est obnubilé par la gestion du quotidien, Vrogne lit Shakespeare et rêve de mer, il refait le monde. Deux êtres en errance, compagnons de jeux restés adolescents, deux êtres en galère. Le décor est sobre, deux bancs de bois; une comédienne narrratrice est omniprésente. La musique du texte est toute en vibrations scintillantes de poésie, et rehaussée par l'accordéon de Richard Galliano, qui fait vivre la fougue de l'enfance, la rengaine du temps qui passe. Dans cette pièce poétique aux tableaux réalistes, l'ambiance créée par la musique adoucit, allège le propos: jeux d'enfants, survie quotidienne, bruits de la ville, ressac des vagues...

 

A partir de l'oeuvre de Jean-Pierre Siméon, l'écriture se décline en vibrations: de poésie, d'émotions palpables, de lieux. Ce texte a une musique particulière faite de monologues au bord de l'abîme, de dialogues et de plages de language cru. La pièce ondule entre le temps suspendu de l'enfance où ils s'amusent, et l'errance où des sentiments d'amitié, d'amour, d'espérance se nouent. Ceux-là n'ont guère qu'eux mêmes, la route et la chaleur de l'autre.

L'arrivée d'une femme, Angela, va troubler définitivement l'équilibre précaire que ces deux-là parvenaient à maintenir. Troublant leur complicité quotidienne, cette femme troublante et égarée, trouble leur complicité. Avec elle arrivent plus de douceur et de noirceur. Sauront-ils en réchapper?


Un beau texte fait de réalité et de poésie et interprété avec talent. Notre monde actuel génère de l'exclusion, la misère est omniprésente et il est important de le dénoncer. L'adaptation de ce texte poétique nous le rappelle, merci pour cela à la compagnie "Le Quintet plus". 


Lydie-Gisèle Brogi

Retour à l'accueil