Compagnie Les ateliers du spectacle- Le T de N-1

Compagnie Les Ateliers du spectacle

vu le 15 juillet 2013 à La Manufacture, 11h20, dans le cadre du festival Off d'Avignon

 

Interprètes : Cécile Coustillac, Mickaël Chouquet, Balthazar Daninos
Régie : Arthur Michel
Texte : Léo Larroche, Clémence Gandillot
Mise en scène : Catherine Pavet
Oeil : Jean-Pierre Larroche
Conception technique : Benoît Fincker, Jean-Yves Courcoux
Administration : Charlène Chivard
Production : Charline Wöhrel

 

VIVANT2-toiles-3

 

 

 

 

 

 

 

Genre :démonstration qui relie l’homme, la poésie et les mathématiques.
A partir de 12 ans
Durée : 55 minutes


Création 2010

 

Mimie la petite Clémence Gandillot (Cécile Coustillac) et douce, qui a bon goût de se placer cette fois au devant de la scène avec un texte dont elle s’inspire -le sien- De l’origine des mathématiques, sur un plateau téléphérique, truffé et bricolé de petits artifices à la manière d’un jeu d’enfants.
« La mère enceinte est égale à la mère plus l’enfant. Donc l’enfant seul est égal à la mère enceinte moins la mère. C’est-ce qu’on appelle la soustraction de naissance », l’équation est amusante. T de N-1 est une leçon de mathématiques poético-scientifiques burlesque qui s’appuie sur une série de démonstrations et d’expérimentations.
Façon frères Bogdanov sans le menton, les trois manipulateurs de la science présents sur scène relient la théière et le bocal de poisson rouge à la poésie humaine, sur fond de tableau d’école. A coups de craie blanche, ils nous en dévoilent toutes les équations possibles. 
La mise en scène est riche et intéressante même si l’on se perd peu à peu dans les explications théoriques. Le lien avec la poésie se perd du coup malheureusement dans les subtiles démonstrations reliées sans cesse au vivant et au mouvement. Le spectacle manque peut-être de quelques équations supplémentaires pour opérer la fusion souhaitée entre la poésie et les mathématiques.
Belle idée tout de même, esthétique et créative que d’avoir voulu rendre compte du mouvement à partir du décalage qui existe entre la chose et l’idée de la chose qui crée le mouvement.

Retour à l'accueil