VIVANT-3-COEURS-5.jpg

Le jeudi 24 février 2011, nous avons eu la chance de découvrir la proposition tout en justesse de cette compagnie italienne, sur la scène de l’Amphithéâtre de Pont de Claix (38).

  Blog-Immagine-credit-ROBERT.jpg

- Public : très jeune public accompagné
- Durée : 45 mn

  

Distribution :
- Bruna Pellegrini, dramaturge et pédagogue
- Anna Fascendini : comédienne

 

 

Ce jour-là, les petits spectateurs ont été conviés à monter sur le plateau, organisé pour l’occasion en espace proche et chaleureux, avec des coussins pour s’asseoir tout près. Il y avait une tente ouverte vers le public, comme celle que l’on monte pour camper, l’été, quand vient la période des vacances. La comédienne murmurait une chanson africaine, telle une berceuse, pour apprivoiser son auditoire, le rassurer peut-être. Elle portait chapeau feutré à yeux, autrement dit la Tortue "Tato".

 

C’était à la fois doux et sucré, avec des images toutes simples défilant à l’arrière de la tente, ou encore des ombres qui induisaient le jeu, avec cette ritournelle qui revenait, caressante, sans paroles verbeuses. Juste une présence, et une belle, composée de mille et une expressions subtile. La poésie a fait tourner l’ombrelle de dentelle, a convoqué une pluie de grains orageux, nous a offert de gentilles surprises. Une exploration fine et délicate de l’univers enfantin, distillée sans esbroufe et construite sans emphase. Des objets du quotidien qui se muent en chien, chat, oiseau ou encore cheval pour nous raconter des histoires...

 

 

Blog-Scarlatinetheatro-Sisa.jpg

Le public était présent, vraiment, avec une réelle écoute sur laquelle la comédienne s’appuyait pour ajuster son jeu. Un système subtile de perception(s)-réception(s) à la rencontre de l’enfant.

Nous avons entendu de petits cris, des rires venant des gosses mais aussi des grands, parce que ce spectacle concernait, nous tenons à l’affirmer, chacun(e) d’entre nous, quelque soit son âge, et nous a emmenés en voyage entre présent et souvenirs.

Ce que nous avons trouvé très fort, et que nous n’avions jamais ressenti à ce point, c’est la manière dont la comédienne, imperceptiblement, sans (s’)imposer, a opéré un glissement du spectacle vers un espace-temps de jeu, les jeunes spectateurs pouvant refuser son invite ou se laisser aller à entrer dans la tente, manipulant le sel comme le sable de la plage et choisissant des objets à prendre dans leurs mains. Ce fut pour nous un moment très fort, d’effacement de ce qui faisait spectacle pour une appropriation. Avant que la lumière ne revienne lentement et que nous retrouvions nous aussi le réel, en poussant un soupir regret-satisfaction.

Un spectacle à conseiller, sans modération !

 

Web Amphithéâtre : http://amphitheatre-pontdeclaix.com/

Retour à l'accueil