laventurine_un-gout-de-baisers-sous-les-etoiles.jpg

Spectacle de la compagnie L'Aventurine (34)vu au théâtre Pierre Tabard (Montpellier) le 19 Mai 2013 à 12h, dans le cadre du festival Midi-Minuit.

A partir des nouvelles de Maupassant (textes intégraux) : La Serre, Imprudence, L'Enfant, Sauvée.

Mise en scène et interprétation : Anne Marlange

Lumière et son : Patrice Marlange

Costumes : Marylou Tedesco

 

vivant-3-toiles-4

Genre : Théâtre

Durée : 1h10

Tous publics à partir de 12 ans

Création 2012

 

Qui écrit : " Avant le mariage, ils s'étaient aimés chastement, dans les étoiles", puis "Maintenant, sans se l'avouer, sans le comprendre encore peut-être, ils commençaient à se lasser l'un de l'autre...", et ensuite "Vers le milieu du dîner, Henriette était grise, tout à fait grise, et Paul, en gaieté, lui pressait le genou de toute sa force" ? C'est Maupassant, que nous connaissons surtout à travers des histoires dramatiques diffusées sur le petit écran. Anne Marlange nous le fait découvrir dans de petites histoires légères ou coquines, qu'elle interprète de manière savoureuse et dans leur texte intégral.

 

Dans un décor suranné et en costume d'époque avec taffetas et broderie anglaise, manipulant boa, gants et poudrier, Anne Marlange joue seule 16 personnages dans quatre scènes de vie de couple. Les voix d'hommes, annoncées par un léger changement de registre, ne sont pas forcées et les divers rôles sont convaincants. Avec un seul décor et quelques accessoires, changement de chapeau ou de châle, nous voici dans une chambre, un boudoir ou un cabinet particulier.

Ces quatre nouvelles démarrent sur des situations conjugales banales, bifurquent vers la cocasserie et réservent de belles chutes amenées avec un certain suspense. Un mari trop docile et une femme acariâtre se transforment en couple épanoui grâce aux amours de leur servante, un homme initie imprudemment sa femme à la découverte du charme des cabinets particuliers, un jeune marié réserve à sa jeune épouse une drôle de surprise le soir de leurs noces, deux jeunes femmes coquettes partagent leurs impressions sur la meilleure manière de piéger leur mari. C'est drôle ou mélo, piquant ou sentimental, charmant et toujours enlevé. Nous sommes emportés dans un tourbillon d'évocations de linge de batiste, parfum de verveine, champagne affolant, intimité sensuelle, au cours de situations désopilantes, avec un zeste de générosité et toujours l'amour en arrière-plan.

A la faveur de cette théâtralisation, le texte intégral de Maupassant révèle toute sa saveur. Les phrases ciselées nous accrochent pendant tout le spectacle avec de nombreuses évocations poétiques, que ce soit l'excitation joyeuse ("Elle entra comme une balle qui crève une vitre"), des pas dans la nuit ("À cinq heures, un bruit léger glissa dans le corridor") ou une discrétion feutrée ("Deux valets (...) habitués à tout voir et à tout oublier (...) allaient et venaient vite et doucement"). Des bruitages et un éclairage très bien vu accompagnent la comédienne qui chante quelques airs légers..

 

J'ai été  séduite par ce spectacle bien mené. L'amour y est abordé avec humour, sans toutefois éluder certains aspects fondamentaux des relations de couple. Quelle meilleure introduction à ces textes de qualité ? Et inversement, quelle aimable approche de l'humour conjugal ! Tout public (y compris scolaire) fera de belles découvertes en passant un très agréable moment avec ce "Goût de baisers sous les étoiles".

Retour à l'accueil