Les Zygomateurs (30) 
Stéphane Serna, Jean-Chris, Pascal Mirallès

Montignargues le 6 mars 2009 au foyer communal

 

Ces zigotos là matent dans tous les sens et parfois, il est vrai, au-dessous de la ceinture. Textes et mise en scène sont d’eux, la musique, quand ils en ont besoin est du frère (Patrick Mirallès, « Les yeux noirs »). Autour de moi les zygomatiques furent sollicités tout au long du spectacle. Les rires éclataient de toutes parts. Beaucoup de rires féminins, évidemment. Nous, les hommes, nous reconnaissant souvent dans les caricatures proposées, nous n’étions pas vraiment fiers d’être singés ainsi. J’ai souri cependant à presque toutes les facéties.

Ces trois gars paraissent s’entendre à merveille et éprouver un réel plaisir à jouer ensemble. Leur bonne humeur, leurs qualités indéniables de clowns et d’amuseurs, le rythme soutenu avec lequel ils enchaînent les sketches (Bravo à la mise en scène !), nous donnent envie de les suivre dans leur folie et leurs délires.

C’est du connu : le bègue, le simplet, l’alcoolique, les infos loufoques … mais c’est dit autrement, avec d’autres vannes, d’autres approches.

Une mention spéciale au sketch de l’intermittent du spectacle qui récrimine sur son cachet. Il y a là-dedans un véritable jeu complet d’acteurs.

Point de recherche dans les décors, les costumes, les déguisements. Une simple perruque posée négligemment et hâtivement sur une tête permet au personnage d’incarner un rôle féminin. Stéphane, le barbu, n’a pas son pareil pour faire onduler son corps, maniérer ses gestes, percher haut sa voix pour jouer une nunuche ou une « bimbo ».

Ce même Stéphane ose apparaître avec un pantalon « taille  basse », tellement « taille basse » que son falzard est sur ses pieds et que l’acteur joue tout le sketch en caleçon.

            On se sent bien « chez nous » dans ce spectacle. Les Zygomateurs » sont de la région, ils parlent avec accent d’Alès, de la Féria, …

Quand ils viennent nous rencontrer à la fin de la représentation, c’est encore étourdis par le feu d’artifice de rires qu’ils ont provoqué. Ils se sentent bons, efficaces et ils ont bien raison. On peut les juger « frivoles » mais comme le disait Sacha Guitry : « La frivolité est le commencement de la sagesse ».

Merci aux Zygomateurs et à la prochaine.

 

Retour à l'accueil