Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 16:41

BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN, de ShakespeareBeaucoup-de-bruit.jpg

Par la Compagnie : LES 26000 COUVERTS


vu le 26 septembre 2014, dans le cadre de la programmation du Théâtre le Sillon, à Clermont l'Hérault (34).


Mise en scène Philippe Péhenn

Dramaturgie, adaptation Judith Feyrner

Avec Karine Abela, Christophe Arnulf, Romain Bélanger, Sébastien Chabane , Servane Deschamp, Sarah Douhaire, Pierre Dumur, Olivier Dureuil, Anne-Gaëlle Jourdain, Florence Nicolle, Philippe Nicolle, Emmanuelle Veïn , Valérie Véril, Jacques Ville
mètre-concept Jacques Livchine
scénographie Anthony Benjram
matière sonore Erich Mayer
chorégraphie Liliane Boucon
direction technique et construction Alexandre Diaz et Michel Mugnier
costumes Camille Perreau / perruques postiches Milo Bodtszaris

 
Genre : irracontable.
Durée : 1h30

Public : Pour les gens qui aiment bien être surpris.

 

vivant-3-toiles-4

 

Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing en anglais -j’ai appris au passage-) est une comédie de William Shakespeare publiée en 1600.
Moi qui ai mis à peu près 414 ans à m’en rendre compte, je me suis dit qu’une programmation le 26 septembre 2014 au nouveau théâtre Le Sillon (ancien théâtre de Clermont L’Hérault nouvellement devenu intercommunal, et conventionné pour le théâtre dans l’espace public) me donnait justement une heureuse occasion de rattraper mon retard inévitablement coupable.


Fabien Bergès (le directeur) nous annonçait "un spectacle irracontable" ; je ne m’attendais donc pas à moins. Et je n’avais encore jamais vu de spectacle des 26000 couverts, compagnie de théâtre de rue dijonnaise créée en 1995, que vous avez peut-être déjà vue aux festivals d’Avignon, de Chalon dans la rue ou d'Aurillac.
C’est donc avec le regard assurément curieux et dans une candeur absolue digne de Voltaire, que je me glissai, résolue,  (mais sans ma petite laine), dans la peau de spectatrice, au lieu-dit.
 
Fabien Bergès nous avait préparés. Avec le recul je m’en souviens, « ça va être la surprise »…
Alors à celles et ceux qui voudraient lire la suite, je dois vous prévenir : Je vais vous gâcher le spectacle, vous m’en voudrez à vie.
Vous n’aurez ni le plaisir, ni la surprise de découvrir par vous-même … quel dommage…
Allez quoi, vous voulez savoir ? Vraiment ? Dis ?!

Ne lisez pas la suite…

Non, même pas cette phrase-là. Je vous le redis : NE LISEZ PAS LA SUITE !
Beaucoup de bruit pour rien est un spectacle dont il NE FAUT PAS parler.
...

Bon.

On est entre nous. Les autres sont partis et la compagnie des 26000 couverts ne lira de toute façon jamais cet article, (ils sont trop connus, c’est certain). Nous sommes entre celles et ceux qui ne pourront pas aller voir le spectacle ou la compagnie je comprends bien. « Ce soir-là, c’est pas le bon soir », tout ça…
Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare, est –le plus gros succès des 26000 couverts à ce jour (presque 300 représentations)- et il est en tournée souvent, alors bon… je nous vous mets pas la pression, mais au cas où, renseignez-vous, quand même).

Non ? Vous êtes sûrs ?...
Alors bon quoi, je vous raconte ? Tant pis ?
Erf, bon… allons.

Pour ne pas faire de mystères plus longtemps, la surprise je vous la donne en 1000 : c’est que, ben,… on n’a pas le droit de raconter le spectacle justement, parce que c’est une surprise. Justement.

C’est bien hein ?

Allez je vous raconte :

Quand je me suis installée j’ai bien sûr eu tout de suite l’impression que c’était du Shakespeare : les fauteuils rouges, les costumes d’époque, le fond de scène, l’atmosphère classique, ça n’aurait trompé personne.

Mais j’ai rapidement été surprise par certains éléments du décor, trop modernes : les captures d’écrans avec des projections d’images dedans, les photos de guerre, les caméras au plafond et plus tard les feux d’artifices (attention aux rideaux de scène quand même…).

Bon ben en fait, ça, c'est pas vrai...
(Gnarck gnarck gnarck. Rire sardonique).
 
Le spectacle est de bout en bout une surprise. 
C’est catégorique, c’est réaliste, c'est contemporain, c’est vif, c'est cocasse, ça surprend et puis ça prend le temps de surprendre. Le décalage entre le texte de Shakespeare et la mise en scène de Philippe Péhen est complet. Percutant, théâtral ! C’est vrai que c’est irracontable, et je parie déjà mon poids en fraises et en ours bio sucrés synthétiques que vous serez comme moi confondu(e) par cette interprétation intrépide et drôle de la compagnie des 26000 Couverts, et que ce spectacle éclaboussera bientôt vos certitudes.  Allez-y avec une connaissance bourrée de croyances; (rien ne vaut l’œil complice d’un ami ou voisin qui aura compris comme vous que … Erg… ! Non, ok, bon d’accord… je ne diraiii riiien !)

Ça par contre je crois pouvoir vous le dire : Ce spectacle peut être joué et vu en toutes circonstances.
Et puis, j’ai été bluffée pendant un bon moment. Ça aussi, je peux le dire ?

Bravi (c’est quand il y a plusieurs bravo) à la compagnie Les 26000 Couverts, qui donne ses majuscules au Théâtre de Rue, par ses pulsions artistiques, techniques, vitales,en continu, et qui porte jusqu'au rire du public son plaisir le plus théâtral et humain.


A voir, à suivre, n’importe où (même si c’était pas prévu comme ça au départ).

A noter : la compagnie a décidé d'arréter cette tournée en juin 2015, dépêchez-vous!

 

Danielle Krupa / www.allez-zou.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Krupa / www.allez-zou.fr - dans Spectacle Tout public
commenter cet article

commentaires