Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 16:35

le-journal-de-grosse-patate.jpgSpectacle vu à Avignon OFF 2014, maison du Théâtre pour Enfants Monclar, 14 h. De la Compagnie Gorgomar (06)

D’après Dominique Richard

Avec Aurélie Péglion et Emma Laurent


VIVANT2-toiles-3Durée 1 h 05

Tout public à partir de 6 ans

 


 

Comme le titre l’indique, il s’agit du journal intime d’une fillette de 10 ans, qui adore manger, est donc toute ronde et que ses camarades d’école ont surnommée Grosse Patate… Elle  confie à son journal ses rêves, ses envies, ses états d’âme, ses moments de joie ou de tristesse, son quotidien avec ses amis de classe, Rosemarie la timide, Rémi l’introverti, qui est son souffre douleur, et Hubert, le beau gosse que tout le monde aime.

 

La compagnie a choisi une scénographie inventive et colorée qui s’appuie sur une sorte de parallélépipède rectangle, formé d’éléments gigognes, chaque élément proposant caches et tiroirs qui abritent de nombreux accessoires.  Ces éléments mobiles se transforment à l’envi en bureau, chaise, tableau d’école, camps de jeux, escaliers, la partie haute restant toujours la chambre/lit de Grosse Patate, son refuge. Les costumes de Grosse Patate sont « matelassés » pour figurer ses rondeurs. Quant à Rosemarie et Hubert, ils  sont  représentés par des marionnettes, ou plutôt des poupées. Le rôle de Rémi est assuré par une comédienne.

 

Grosse Patate, seule en scène,  s’adresse directement au public pour raconter son quotidien. Rémi apparaît plus tard dans quelques scènes, sans jamais prononcer un mot, pour prendre des baffes ou des coups de pied dans un premier temps, pour jouer ensuite « normalement » avec Grosse Patate. Quant à Rosemarie et Hubert, c’est Grosse Patate qui les « manipule ».  Lorsqu’elle s’endort, ses rêves sont hantés  par un homme en noir qui apparait  en fond de scène et vient la tourmenter…. La musique de Thomas Garcia vient rythmer l’enchaînement des séquences qui s’étalent sur une année scolaire, en fonction des états d’âme de la narratrice. La vidéo et les ombres chinoises sont utilisées pour compléter la scénographie.


Par certains côtés très drôles, Grosse Patate a une façon directe et naturelle, celle d’une enfant de 10 ans qui « semble » bien dans sa peau, de s’exprimer et de raconter son quotidien. Mais  cette histoire n’en est pas moins triste car elle révèle aussi la difficulté de vivre d’une fillette qui a perdu sa maman (qui comble un vide en mangeant ?), les questions identitaires que les enfants se posent (qui perdurent bien souvent à l’âge adulte !) suivant qu’ils sont grands, gros, introvertis, qu’ils se trouvent beaux ou laids, que leurs attirances sexuelles ne sont pas bien  affirmées (n’oublions pas que ce texte a été écrit en 1998, et que les choses ont beaucoup évolué depuis). Et on réalise seulement à la fin qu’on ne connaît même pas le prénom de Grosse Patate…

 

Cathy De Toledo

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathy de Toledo - dans Spectacle Tout public
commenter cet article

commentaires