Entre deux éditions de la Biennale du Théâtre jeunes publics de Lyon, Maurice Yendt et Michel Dieuaide ont eu l’idée de créer le festival Intermezzo dont voici la deuxième édition cette année. Présentée au Théâtre Les ateliers de Lyon (69), elle s’est tenue du 7 au 15 février 2008, mêlant rencontres professionnelles, représentations scolaires en journée et représentations tous publics en soirée.
« Socquette ou la chaussette appartient à… » de la Cie Mama Mia.
Vendredi 15 février 2008 à 14h45, au Théâtre Les ateliers, à Lyon (69). 
  
socquette-7_5.jpg

 
Avec : CHRISTIAN DEVEZE, BRUNO MIARA et AUDE PELLIZZONI
Texte : CHRISTIAN DEVEZE / Mise en scène : SARKIS TCHEUMLEKDJIAN
Costumes : MARIE-PIERRE MOREL-LAB / Musique : GILBERT GANDIL / Lumières : JUSTINE LAHON
 
Genre : Théâtre
Tout public dès 8 ans.
Durée : 50 minutes
 
Hic et Nunk sont deux employés d’un bureau d’objets trouvés. Chaque jour se ressemble, chaque geste suit scrupuleusement le protocole. Si ce n’est qu’un matin, ils reçoivent un colis « hors catégorie » et qui, plus est, contient un être vivant ! C’est une enfant dénommée Socquette, fille d’un magicien. Ses parents ont 100 jours pour venir la récupérer avant… avant qu’elle ne soit détruite comme le sont tous les objets abandonnés par leur propriétaire!
Pleine de fraîcheur et d’espièglerie, elle va bouleverser leur quotidien de ses jeux et de ses chagrins. Mais les jours s’écoulent et l’attente devient angoissante. Le personnage de Socquette transporte le spectateur dans sa quête : celle de trouver la force en elle-même, pour quitter le doux cocon de Hic et Nunk, quitter l’enfance pour rentrer dans le monde. C’est l’histoire de tous les enfants.

 
C’est avec une grande sensibilité que la pièce traite du thème grave de l’abandon, de notre relation aux objets et à l’humain, de notre rapport à l’enfance et à l’accession de l’âge adulte.  
Du rire aux larmes, de la colère à la tristesse, les émotions sont là, vibrantes, pour chaque spectateur, adulte ou enfant. L’œil est transporté par un univers visuel poétique, chaleureux et coloré. Les comédiens insufflent à leur personnage une humanité toute particulière.

Un vrai "coup de coeur" pour cette compagnie relativement jeune, créée en 2004, qui privilégie un théâtre accessible, mais aussi de qualité (et oui, les deux sont possibles !). Ouverte au regard et à l'expérience de metteurs en scènes venant d'autres horizons, elle a accueilli pour cette création Sarkis Tcheumlekdjian, de la compagnie 1er acte. 

Compagnie à suivre...
 
 
Retour à l'accueil