bruitquicourt_wupat.jpgSpectacle de la compagnie Bruitquicourt (34) - théâtre clownesque et burlesque.

Vu le 17 Février 2012, avec un public de centre aéré au théâtre la Vista (Montpellier - 34).

Jeune public à partir de 6 ans.

Jeu : Estelle Sabatier, Luc Miglietta

Musique : Bruno Meria

Durée 55 min

vivant-3-toiles-4.jpg 

 

 

 

 

 

 

Dans un  décor minimaliste, la comédienne entre en scène accompagnée par Bruno Meria qui assure en direct, et à vue, l’environnement sonore fortement connoté musique électronique. Elle  s’installe sur un tabouret tout en mimant les derniers points de couture d’une petite robe à col claudine, telle celle qu’elle portait enfant. Elle s’était alors inventé un ami imaginaire

Pour nous faire partager cette inestimable  chance d’avoir un ami, fût il imaginaire, elle propose alors de rappeler pour nous  WUPAT, qu’elle n’a plus revu depuis de nombreuses années. Mais WUPAT ne peut apparaître que si certaines conditions sont réunies. Ainsi, après avoir enfilé la petite robe, s’être coiffée comme une fillette, elle met en scène sa chambre d’enfant : elle trace au sol avec du sable l’indispensable « circle » qui matérialise la limite à ne pas franchir entre son monde (réel) et celui (imaginaire) de WUPAT. Elle recommande au public le plus grand silence afin de ne pas effrayer WUPAT qui n’a pas l’habitude de la foule. Elle introduit ensuite dans  son « mange disques » (les MP3 n’existent pas depuis très longtemps..!)  le disque  « Pop Corn »  du  groupe Hot Butter (l’un des premiers tubes  de musique électronique qui rappelle de bons souvenirs à certains parents.. ou grands parents !) et, après quelques pas de danse, appelle son ami…

Il est bien difficile de reconnaître Luc Miglietta dans ce personnage improbable qui tient à la fois d’E.T. et de Golum, couvert de chiffons, cravates, à la démarche simiesque, affublé d’un chapeau cloche qui lui couvre entièrement le visage et percé de deux trous pour les yeux. Le personnage, qui s’exprime dans un   « grommelo  britannique », s’avère être un fantastique compagnon de jeu qui se prête à toutes les fantaisies de sa jeune amie : du match de tennis au combat de dragons en passant par les démêlées avec un aspirateur doué d’une vie propre (si j’ose dire...).

Bien sûr, le public ne pourra garder bien longtemps son calme et WUPAT, tétanisé,  prenant conscience de cette présence inhabituelle dans la  chambre de son amie, va bientôt  disparaître dans un grand moment d’émotion, accompagné par la chanson "Oh My love" de Riz Ortolani et interprétée en direct par Estelle.

 

C’est avec un très grand plaisir que nous avons retrouvé sur scène un Luc Miglietta toujours aussi imaginatif et en duo (une fois n’est pas coutume) avec Estelle Sabatier,  sa compagne dans la vie comme à la scène. Un spectacle très prometteur.

 

Autres spectacles de la compagnie :

http://vivantmag.over-blog.com/article-25922760.html

http://vivantmag.over-blog.com/article-19361958.html

 

 

 

Retour à l'accueil