Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 11:47

broutille-Dracula.jpg

Spectacle de "Broutille et Compagnie" (Lyon), vu le le 13 Février 2013 à 20h30 au Carré Rondelet (Montpellier). D’après le célèbre roman de Bram Stoker (1897).

 

Lecture, découpage et adaptation du texte : Nicolas Guépin

Mise en scène, scénographie, images : Nicolas Guépin

Jeu : Eline de Lorenzi, Mathieu Rousset et Nicolas Guépin

Son : Mathieu Rousset

Images et éclairage  : Nicolas Guépin et collectif

Costumes, maquillages : Eline de Lorenzi

 

A partir de 12 ans

Durée : 1h30                   

Création 2012


VIVANT2-toiles-3

"Dracula" est un roman épistolaire de 600 pages, composé d'extraits de journaux intimes, lettres et coupures de presse. Nicolas Guépin a choisi de respecter ce style narratif et en a réalisé un découpage qui suit exactement la trame de l'histoire.

 

Je ressens ce soir-là un choc en entrant dans la salle du Carré Rondelet, plongée dans une semi-obscurité. Tout est noir et blanc, même les acteurs qui nous attendent immobiles. Nicolas Guépin nous accueille, énigmatique. Nous sommes hélas peu nombreux...

La scénographie est très originale, à la fois visuelle et métaphorique. Installé à une table devant nous, côté jardin, Nicolas Guépin est le récitant. Tout en parlant, il pianote sur son ordinateur (invisible pour nous) qui projette les phrases dites ou des cartes géographiques sur un écran en fond de scène. En bas de cet écran, un bandeau noir servira de petit théâtre d'effigies. Une lanterne magique, d'époque, permet au récitant de produire un théâtre d'ombres dans lequel les silhouettes des acteurs se découpent sur un grand cadre de papier blanc, côté cour. Le décor intègre d'autres éléments naturalistes en référence à la technologie de l'époque, très présente dans le roman. Ainsi Eline de Lorenzi pianote sur une antique machine à écrire pendant le récit de sa correspondance, et le petit mobilier de scène a été récolté dans des vide-greniers.

En contrepoint de la lecture faite par le récitant, les comédiens muets jouent en pantomimes sur le plateau ou en ombres portées sur le cadre blanc avec une gestuelle épurée très esthétique. Eline de Lorenzi et Mathieu Rousset interprètent 7 personnages, tous vêtus de noir et blanc, le visage blanchi et les yeux charbonnés. L'austérité des costumes et des maquillages accentue l'étrangeté du récit. Dracula, lui, n'apparaît jamais qu'en silhouette d'ombre : expressionniste et menaçante. Une très belle musique suggestive, quelques bruitages et d'intéressants jeux d'ombres et de lumières s'ajoutent à l'intensité dramatique de l'atmosphère.

 

L'histoire se déroule à la fin du XIXè s en Angleterre et en Transsylvanie. Jonathan Harker (M. Rousset), jeune clerc de notaire anglais, part en Transsylvanie négocier la vente d’une maison londonienne auprès du Comte Dracula. Son séjour dans le château de Dracula est chaque jour plus terrifiant. Après avoir séquestré le jeune homme, Dracula embarque sur un bateau pour l'Angleterre : une goutte de sang rouge vif suit sa progression sur une carte projetée sur l'écran. Les marins mystérieusement terrorisés sautent à la mer, et l'arrivée de Dracula à Londres s'accompagne d'une série de tragédies. Une aliénée au visage halluciné (E. de Lorenzi, en effigie au bas de l'écran) mourra après avoir essayé de lancer l'alerte. Une jeune fille (E. de Lorenzi) anémiée par d'étranges blessures au cou, mourra aussi malgré les efforts de deux médecins (M.Rousset) et deviendra vampire. Jonathan, à moitié fou, arrive à rejoindre Londres mais Dracula séduit sa fiancée Mina (E. de Lorenzi). C'est alors que Jonathan, Mina et leurs amis traquent le vampire en fuite jusque dans son pays et réussissent à lui transpercer le coeur d'un pieu. Mina et Jonathan peuvent vivre en paix.

 

Tout fonctionne pour créer une ambiance de suspense : l'ombre furtive de Dracula est terrifiante ; le blanc, le noir et les touches rouge sang sont les seules couleurs. Récit, images, pantomimes, ombres et musiques s'accompagnent, se succèdent ou se croisent sans jamais nuire à la cohérence ni à la clarté de l'intrigue. Mis à part une petite longueur dans la scène sur le bateau qui transporte Dracula, l'attention est toujours soutenue. La sobriété de ton du récitant, la gestuelle, les éclairages, la musique, les costumes et les maquillages... tout concourt à recréer la magie de ce roman fantastique, sans jamais céder à la facilité des interprétations romanesques.

 

J'ai apprécié ce spectacle pour sa beauté, sa rigueur et sa force dramatique. Le texte original et sa valorisation scénographique nous montrent combien Bram Stoker était en prise sur son siècle, avec la place aux progrès technologiques (presse écrite, machine à écrire), médicaux (hypnose, transfusion) et la traduction de l'angoisse cristallisée autour de Jack l'éventreur. Ce Dracula pourra plaire à tous les publics à partir de 12 ans. Avant, il peut faire peur...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by catherine Polge - dans Spectacle Adultes
commenter cet article

commentaires