Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 20:42
Les 1001 Vies des Urgences
Les 1001 Vies des Urgences

Spectacle du Théâtre des béliers parisiens (75) vu le 27 juillet 2019 à 19h05 au Théâtre des Béliers dans le cadre du Festival Off d'Avignon 2019 du 05 au 28 juillet 2019.

 

Auteur : Baptiste Beaulieu

Adaptation : Flavie Péan

Mise en Scène : Arthur Jugnot

Comédiens : Axel Auriant

Genre : Théâtre Tout Public

Durée : 1H15

 

 

Le jeune comédien nous entraîne dans une montagne russe émotionnelle sur la vie d’un interne à l’hôpital.

En effet, le personnage qu’il incarne se lie d’affection avec une patiente atteinte d’un cancer dont l’état se dégrade rapidement. Elle dit qu’il lui rappelle son fils, qui est interne aussi. Pendant la semaine qu’elle va passer à l’hôpital, il va aller la voir chaque jour pour lui raconter des anecdotes hospitalières toutes plus folles les unes que les autres dans l’unique but de la faire sourire. Car quand elle sourit, c’est la vie qu’on voit sur son visage. Axel Auriant, seul sur scène, nous fait brillamment passer du rire aux larmes en incarnant une multitude de personnages de tous les âges, en passant du petit garçon refusant l’osculation à la vieille femme qui attend de pouvoir danser à nouveau avec son mari atteint d’Alzheimer.

Cette pièce nous fait voyager dans la triste mais pourtant belle réalité de l’hôpital, entre la vie et la mort. Le personnage merveilleusement incarné par Axel Auriant se bat pour garder la tête hors de l’eau et pourtant, lorsque cette femme est admise à l’hôpital, les barrières entre les médecins et les patients se dissolvent, les renvoyant chacun à une commune humanité.

 

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 15:34
Yapado Yapadam
Yapado Yapadam

Spectacle de la compagnie la caravane créative (75) vu le 27 juillet 2019 à 11h40 au théâtre des Barriques dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 9 au 28 juillet 2019.

 

De et par : Yoan Giansetto et Ninon Moreau

Genre : Spectacle musical
Public : En famille à partir de 5 ans
Durée : 50 mn

 

 

Un drôle de duo, frais, sympathique, engagé et plein de ressources musicales.

 

Yapado cherche sa sœur Yapadam qui arrive en retard sur la petite scène du théâtre des barriques. Elle prépare son tipi sur une double échelle installée sur le plateau. Ils vont nous raconter leur voyage dans la forêt à la découverte du Caribou volant.

Ils nous proposent des chansons gaies et bien construites, sympathiques et très musicales, avec des refrains qui percutent et de très bons arrangements autour de leurs instruments fétiches : guitare, violons, flûte, ukulélé.

Leur présence scénique complète très bien leurs qualités musicales et ils abordent ainsi avec légèreté mais sérieux les problèmes d’environnement qu’ils constatent dans leur tour du monde en ballon : le dérèglement climatique, le continent de plastique, la banquise fragmentée… ils abordent aussi la consommation et l’enfermement autour d’internet.

Alors, oui ces deux là font leur bonhomme de chemin avec humour et une rare qualité musicale dans leurs compositions. Ce sont les boy-scouts sympathiques de la cause environnementale.

A découvrir…

 

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 15:11
photos : site de la compagnie

photos : site de la compagnie

La foraine

Installation de la compagnie La Foraine (94) vu le 24 juillet 2019 à la Maison du Théâtre pour enfants dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 9 au 26 juillet 2019.

 

De et avec : Eric Brossier et Linda Hede

Genre : Installation
Public : Tout public à partir de 1 an
Durée : 6 heures

 

La Foraine a attiré mon regard et ma curiosité, alors que j’allais voir « Bobines et Flacons », à la maison du théâtre pour enfants. Une installation colorée, généreuse et musicale.

 

La foraine, c’est la fête foraine d’antan, en trompe l’œil ou en stands bien réels et participatifs pour le chamboule-tout, les fléchettes ou les parcours d’adresse. C’est aussi de grand panneaux peints, qui habillent l’espace et lui donnent ce côté bestiaire fantastique, une peu « hors d’âge », généreux et sans prétention. Les enfants et leurs parents peuvent découvrir et jouer aux différentes attractions (manège à bras, jeux d’adresse, balançoires bizarroïdes,…) ou se balader entre ces panneaux immenses et plein d’animaux imaginaires, ou encore s’asseoir dans des transats pour reposer les pieds et se poser dans une sorte de parenthèse temporelle.

Idéal pour des festivals qui souhaitent constituer des espaces familiaux, des ateliers artistiques ou autre.

 

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 14:58
Import Export
Import Export

Spectacle de Marien Guillé (13) vu le 24 juillet 2019 à 17h50 à la Maison de la parole dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 9 au 24 juillet 2019.

 

Auteur et interprète : Marien Guillé

Genre : théâtre – seul en scène
Public : Tout public à partir de 8 ans
Durée : 1h15

 

Seul sur la minuscule scène de la maison de la parole, dans une salle bondée, Marien nous raconte le périple de sa vie de Franco-Indien et nous amène l’Inde à nos pieds, comme si nous étions. Le public, si nombreux que certains se sont installés sur la scène, apporte ainsi une dimension supplémentaire à ce récit réaliste.

 

Simplement, il nous raconte.

Avec son allure d’indien des Indes, sari jaune et regard bienveillant, il nous parle de la quête des origines. Il nous entraîne « dans le grand bordel de l’Inde » avec son milliard et demi d’habitants pour aller à la recherche de son père, mort alors qu’il avait 6 ans et dont il ne sait rien.

Je ne vais pas vous raconter son histoire – lui le fait si bien-. Mais elle m’a emportée par son ton si personnel et touchant et en même temps qu'elle me rappelait ces projections de « Connaissance du Monde » qui permettaient de découvrir le monde. C’est bien évidement sa vraie vie qu’il joue sur scène, à quelques mètres à peine de son public. Il y mêle des moments intimes et forts, des commentaires drôlatiques et des interrogations sur son parcours, sur cette culture indienne et sur l’histoire « un peu » particulière de son père. Quelques voix off viennent ponctuer son récit, et Marien sait laisser des moments de silence, des respirations dans cette histoire dense, intense, qui s’accélère ou se ralentit au rythme de ses rencontres.

Une très belle découverte pour un chouette spectacle qui tourne depuis peu mais rencontre un vrai succès, jouant en appartement comme dans des salles de 500 personnes. Un garçon attachant, avec qui nous avons bu un verre (c’était sa dernière à Avignon) et pu échanger sur son parcours et ses questionnements.

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2019 2 30 /07 /juillet /2019 19:07
Credit photo : Stephanie Benedicto

Credit photo : Stephanie Benedicto

Ensemble

Spectacle de la Cie Carrozone Teatro (75), vu le 23 Juillet à 17h au théâtre du Chêne Noir  dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 Juillet 2019 (Relâche le 10, 17 et 24 juillet)

Texte et mise en scène : Fabio Marra
Interprétation : Fabio Marra, Catherine Arditi, Sonia Palau, Floriane Vincent
Genre : comédie familiale

Tout public à partir de 8 ans
Durée : 1h30


     Qu'est-ce que ca veut dire, être ensemble sans être simplement des individus côte à côte ? Être ensemble comme dans une famille normale ? D'ailleurs c'est quoi une famille normale ? Voilà quelques unes des questions auxquelles Isabella, Miquele et Sandra sont confrontés dans cette savoureuse comédie familiale.

       Ils sont quatre : Isabella (une mère courage comme on n'en trouve que dans La promesse de l'aube), Miquele, le fils  handicapé mental au naturel confondant, Sandra, la fille "qui a réussi" dans la téléphonie mobile mais sans passer un seul coup de fil à sa mère pendant dix ans et Claudia, une auxiliaire de vie proche de la famille. Ils débordent tous de tendresse... mais chacun ne le montre pas de la même manière. Ainsi, lorsque Sandra revient après dix ans d'absence pour annoncer à sa mère qu'elle se marie mais qu'elle ne veut pas de son frère à la cérémonie "parce qu'il n'est pas normal", l'ambiance est plutôt froide !
        Ce n'est pas un documentaire moralisateur sur le handicap ni un terrible drame familial comme une pièce de Lagarce, ni un gras vaudeville. Ici, la parole n'est pas condamnée à rester coincée dans l'oesophage ou à se déverser sur le plateau sans interruption et sans pudeur. C'est avant tout une magnifique photo de famille, fine et sincère. L'entente est difficile, les revendications serrent la gorge et les coudes sur scène ou dans le public - toujours plein à craquer ! On retrouve des couleurs pastels dans le décor (intérieur appartement parisien une pièce), sur le visage et dans les voix. Les comédiens réalisent la prouesse de conjuguer une grande douceur avec une énergie phénoménale. On rit, on pleure, on sourit, on recommence... Et sans temps mort pendant une heure trente ! Catherine Arditi est particulièrement touchante dans le rôle de cette mère qui n'est pas sans défauts mais jamais sans amour, que ses enfants soient ordinaires ou exceptionnels, qu'ils lui rendent son affection ou pas.
        Cette pièce est une perle rare du off 2019 et mon coup de coeur de la saison tant pour le texte que pour le jeu. Allez-y les yeux fermés, vous ressortirez le sourire aux lèvres !

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2019 2 30 /07 /juillet /2019 18:01
Programme OFF 2019

Programme OFF 2019

LES MILLE ET UNE NUITS Les Coeurs Jumeaux

Spectacle de la Compagnie Tabasco (75), vu le 18 juillet à 10 h au théâtre ARTO, dans le cadre d’Avignon OFF 2019, du 5 au 28 juillet

Mise en scène : Sophie Tonneau

Interprètes: Sabrina Manach, Emmanuel Strauss, Samuel Zucca

Compositeur Musicien Samuel Zucca

Scénographie et costumes Andrea Carr

Genre : théâtre musical

Public : tout public à partir de 7 ans

Durée : 1 h

 

Il était une fois dans l’Orient lointain

Deux frères,  Chamseddine, vizir au Caire, et Nourreddine, vizir à Balsora, se séparent pour toujours, à la suite d’une dispute. Eloignés l’un de l’autre, les deux frères se marient cependant le même jour, et le même jour, l’un a un garçon, l’autre une fille…Lles djinns s’étant mêlés de leurs destinées, le fils de Nourreddine, séparé de ses parents,  épouse sans le savoir  la fille de son oncle. Après de multiples péripéties, son fils Agib retrouvera par hasard la famille de son père…

Sophie Tonneau met en scène trois interprètes, dans des rôles et techniques  interchangeables, dont un comédien musicien à qui l’on doit l’accompagnement musical du spectacle, qui plus est,  à l’accordéon en live à divers moments du spectacle.  Chacun est ainsi tour à tour, narrateur, personnage, manipulateur de marionnettes ou d’ombres chinoises.

La narration,  qui démarrait de manière plutôt  poétique, vire assez vite au burlesque notamment lorsque le rôle de la princesse est pris en charge par un comédien grand et barbu, évidemment peu crédible en « Reine de beauté ».. ! Dés lors, le côté burlesque  se retrouve dans plusieurs des  situations que traversent les personnages.. Ce parti pris est peut être une volonté de ramener vers l’absurde  une histoire   au fond loin d’être un conte de fées, qui s’apparenterait plutôt de nos jours à un inceste…

Les Cœurs jumeaux ne font  pas partie des Contes des mille et une nuits les plus connus, mais on retrouve toutefois dans cette histoire  le mélange de réel, de mystérieux et de fantastique qui fait la trame de ces contes orientaux. Il est à noter que des  matériaux et des tissus recyclés sont utilisés pour la scénographie, pour un rendu soigné de l’environnement, et une belle variété de costumes part ailleurs magnifiques.

J’ai trouvé la proposition cependant un peu longue, même si le jeu est dynamique. .. Et j’avoue m’être un peu perdue dans ce ballet de personnages multiples  et ce millefeuille de situations. Néanmoins ce fut un beau voyage agréable et drôle à travers les contrées du Moyen Orient.

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2019 2 30 /07 /juillet /2019 10:36

 

Un spectacle d’Acrostiches et Compagnie (31),  vu le 22 juillet 2019 à 10h10 à l’Espace Alya, dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 9 au 23 juillet 2019. Relâches les 10 et 17 juillet.

 

De : Christian Coumin (co-écrit avec les 5 artistes)

Avec : Philippe Copin, Christophe Leseure, Guillaume Montels, Michel Navarro, Kimberly Scully

Mise en scène : Christian Coumin

Genre : Cirque
Public : Tout public
Durée : 1h05

 

La brigade culturelle de l’IME L’Olivier, Foyer La Peyrarde.

La chronique plurielle et populaire, qui illustre plusieurs avis de spectateurs lambda sur un même spectacle, est donc le fruit de cette intervention de brigade.

 

La démarche :

Un accompagnement au spectacle pour favoriser l’accès à la culture et le développement de l’esprit critique.

En amont de ce lundi, Valérie Desbrosse, notre chargée de médiation, a sélectionné ce spectacle et contacté l’équipe pour avoir des informations concrètes sur leur spectacle et expliquer qu’il s’agit d’accompagner un groupe de 7 jeunes déficients intellectuels, avec ou sans troubles associés, ainsi que leurs éducateurs. Ce groupe s’est réuni 2 jours avant la représentation afin d’échanger autour du spectacle vivant, des différents lieux et types de spectacles, et de donner des éléments sur le spectacle prévu (lieu, cirque, musique, bruits brefs de « pétards », …). Le lundi matin le groupe s’est rassemblé, et malgré notre retard, la Compagnie a gentiment attendu l’arrivée de chacun. Heureusement, nous n’étions pas les plus retardataires. Chacun a gardé en mémoire les images du spectacle, ce qu’il en a aimé ou pas, et nous avons échangé à ce sujet le jeudi suivant. Certains jeunes du groupe ont témoigné à travers leurs moyens de communication non verbale (pictogrammes, ...).

Voici ce qui ressort des témoignages:

 

Joli accueil de la part de cette troupe. Un accueil qui a su attendre un peu et accepter le retard d'un petit groupe de jeunes qui s'étaient perdus dans les rues d’Avignon... Attendus à l'entrée du théâtre et guidés comme des V.I.P. Nos jeunes ne l'ont peut-être pas vu, mais ce fut une attention à laquelle je fus sensible. L'ensemble du spectacle est une jolie partition. Acrobatique et  musicale. Humaniste et animale. Poétique et humoriste...On était  chez les vivants. Quelques instants de frayeur au vue de ces têtes qui frôlent les projecteurs du plafond. Quelques instants d'adolescents nostalgiques où l’on se revoit courir à plusieurs derrière la même fille... Peuple du cirque, sourire aux lèvres, malgré les muscles et la concentration que l'on sent ciselés comme de la dentelle. On y voit le travail, derrière ce travail qu'on ne voit pas. Ils étaient plusieurs, mais ils n'étaient qu'un/ et ne faisaient qu’un. Un bel ensemble que je recommande. Germinal

 

J’ai aimé le lieu mais c’était petit et il faisait chaud dehors. J’aime les instruments sur l’affiche mais ils n’étaient pas dans le spectacle. j’ai pas forcément aimé l’affiche on voit pas les vraies personnes. J’ai rigolé beaucoup. J’ai aimé le chien qui roule dans un panier. Il faudrait une deuxième femme pour que ça fasse 2 hommes et 2 femmes, que ça équilibre et c’est plus élégant. C’est joli quand la femme est en hauteur sur les autres artistes, quand elle fait le grand écart, pour moi, ça c’est dur de faire ça, elle est très à l’aise, elle est souple. C’est très joli, c’est impressionnant. Ils ont du talent. Mélanie

 

L’accueil c’était bien mais le lieu trop petit. La musique c’était génial, J’ai aimé le chien et quand le chien il fait de la batterie et quand il est sur la machine qui roule. J’aime pas trop le giropode. J’ai entendu les enfants rigoler. J’ai eu peur du bruit de « pétards » (craies crépitantes ?). Les acrobaties c’est facile ce qu’ils font, c’est pas impressionnant. Amélie

 

Un bon accueil par l’ensemble de l’équipe. J’ai apprécié le spectacle dans son ensemble de par son côté clownesque et circassien, bien que j’ai préféré les artistes dans leur élément qu’est le cirque plutôt que celui du jeu. Le public y applaudit très souvent et est très enthousiaste tout au long. Ce spectacle me paraît encore plus adapté à la rue (ce qu’ils font également), tant pour l’ambiance qu’il doit mettre dans l’espace public avec sa dimension très musicale et visuelle, que pour l’espace qu’il mérite. La batterie centrale est magnifique et la musique en percussion m’a plu bien qu’elle ne m’ait pas semblé assez entraînante pour leur proposition, les instruments en cuivre qu’on peut voir sur l’affiche m’auraient encore plus entrainée. Pour autant, j’ai noté des idées drôles et ingénieuses autour de la musicalité tout au long de la représentation. Le travail autour du Giropode est impressionnant, bravo à ces artistes qui continuent leurs prouesses de cirque (jonglage, musique, acrobaties à plusieurs, …) les deux pieds roulants à toute vitesse. Valérie

 

J’ai pas aimé le lieu car c’était petit, le plafond était trop bas pour faire certaines acrobaties. C’était pas drôle. J’ai aimé le chien. Le chien il n’était pas content de venir j’ai trouvé, c’était pas drôle pour lui, le spectacle c’est pas pour les chiens. Coralie

 

A beaucoup apprécié le chien dans le spectacle, c’était très drôle ainsi que la musique, la batterie, les percussions. Pour autant, elle n’a pas apprécié les acrobaties. Céline

 

J’ai aimé le chien, c’était rigolo. J’ai aimé le moment du vélo. Angéline

 

J’aime le giropode. J’ai aimé l’humour avec les prénoms : Marguarita, César,… Avec la télécommande, il les fait foncer dans le mur. J’ai aimé le chien, c’était rigolo ce Jack Russell. Il est très drôle Octave en blanc. Lucas

 

A aimé la musique, les percussions, quand ils tombent, le jonglage et les acrobaties. A moins aimé la fille sur le vélo et la comédie. Tom

 

C’était la première fois pour moi que je voyais un spectacle autant rythmé et divertissant. Il y en a pour tous les goûts tant bien de l'humour que des prouesses artistiques toutes aussi différentes. La musique n’était cependant pas à mon goût car le rythme n’était pas adapté, selon moi, au spectacle. J’ai plus apprécié leurs acrobaties que les moments de jeu. Ils ont d’ailleurs réellement du talent pour faire des acrobaties les plus impressionnantes les unes que les autres, malgré un lieu pas forcément adapté, qui a peut-être empêché quelques actions. Ce que je retiendrais et qui m'a donné envie d'en parler, c'est l’enchaînement des figures, et celles sur le vélo tout particulièrement. Guillaume

 

Merci à toute l’équipe pour avoir pris le temps d’échanger avec notre intervenante sur notre démarche de médiation culturelle ainsi que d’avoir donné en amont des éléments du spectacle à connaître pour l’expliquer aux jeunes.

Merci également aux échanges après le spectacle et le souvenir des autographes sur vos belles affiches que le groupe a gardées.

Merci à vous les jeunes et les éducateurs. 

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2019 1 29 /07 /juillet /2019 11:57
La Pirate Ecologique
La Pirate Ecologique

Un spectacle de la Compagnie Le Théâtre de L’Imprévu (94), vu le 26 juillet 2019 à 10h05 à l’Arrache Coeur, dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 5 au 28 juillet 2019.

 

De : Charlotte Gachon 

Avec : Charlotte Gachon, Sophie Gajan, Letti Laubies, Cécile Oquendo

Genre : Comédie
Public : Jeune public de 3 à 10 ans

Durée : 1h

 

Arrivée tout juste, le spectacle démarre dès que je m'assois. Une salle très familiale avec des enfants d’âges différents. Très vite le public est pris dans le spectacle puisque nous avons un rôle à jouer du côté de Carlotta et Gulimette. Sans vouloir spoiler le contenu, je dirais que cette participation est très bien amenée et surtout très appréciée du jeune public qui joue le jeu rapidement avec beaucoup d’enthousiasme. L’histoire est drôle et permet d’aborder de manière ludique et très pédagogique les sujets de l’écologie et notamment des déchets. Les deux comédiennes assument plusieurs personnages avec une folle énergie et très discrètement puisque les enfants restent captivés dans l’histoire et la recherche de ce capitaine Beurk. Un capitaine qui ne prend pas soin de la planète au risque de polluer la mer et de mettre en danger plusieurs espèces. Car c’est bien tout cela que Carlotta et Gulimette abordent de manière très visuelle avec de nombreux costumes, des peluches, des jeux de lumières et même plusieurs tours de magie. Tout est rassemblé pour séduire le jeune public qui se laisse prendre au jeu et réagit tout au long de la représentation : rires, peur, surprise, étonnement, stupéfaction...

Ce spectacle pour jeune public est très réussi tant du point de vue artistique que du point de vue pédagogique. Un réel outil de sensibilisation des plus jeunes. Il peut être proposé aussi bien dans des salles de théâtre que dans des écoles ou tout autre lieu qui voudrait se saisir de l’art et la culture comme moyen d’évoquer des sujets d'aujourd’hui et de demain. L’écologie à travers le spectre des déchets.

Merci aussi à l’engagement de cette équipe qui a participé à la première émission « Unis-Vert FM » que notre association a réalisé cette année au Village du Off, pour échanger sur l’éco-charte qui réunit la Ville d’Avignon, Le Grand Avignon, Le Festival d’Avignon, Avignon Festival et Compagnies et la Fédération des commerçants.

Vous retrouverez ces émissions sur notre Facebook « Adadiff Casi Vivantmag ».

 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2019 7 28 /07 /juillet /2019 18:54
Crédit photo : LEDROIT-PERRIN

Crédit photo : LEDROIT-PERRIN

Mangez-le si vous voulez

Spectacle du f.o.u.i.c. (75), vu le 21 Juillet à 11h50 au théâtre des Gémeaux dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 Juillet 2019 (Relâche le 10, 17 et 24 juillet)

Texte : Jean Teulé, adapté par Jean-Christophe Dollé
Mise-en-scène : Clotilde Morgiève et Jean-Christophe Dollé
Interprétation : Jean-Christophe Dollé, Clotilde Morgiève, Julien Derivaz, Mehdi Bourayou, Laurent Guillet ou Noé Dollé
Genre : spectacle électro-rock et culinaire

Tout public à partir de 12 ans
Durée : 1h25


       16 août 1870 à Hautefaye. En une seule journée, Alain de Monéys passe de voisin à Prussien, d'allié à ennemi, de fils de maire à bouc émissaire, de vie à trépas et du bûcher à l'assiette... Préparez-vous à un terrifiante hystérie collective inspirée de faits réels !

        Adapté du roman à succès de Jean Teulé, Mangez-le si vous voulez est un spectacle total mêlant la narration, la musique, la pantomime, les décors amovibles et les odeurs de viande grillée... On en prend plein les yeux, les oreilles et le nez ! Côté jardin, une cuisine toute équipée des années 50 habitée par une ménagère modèle - la merveilleuse Clotilde Morgiève. Tout est rose et blond, ca sent le propre et le kitsch. Côté cour, des outsiders musiciens se sont armés de basse, de batterie et d'adaptateur pour transposer cette foule meurtrière dans la salle. Au centre, nous retrouvons l'excellent Jean-Christophe Dollé dans le rôle du fringant Alain de Monéys.
        Jeune et fringant, oui, mais plus pour longtemps ! Dès le lever de rideau le drame est annoncé, dans les sourires crispés de la ménagère ou dans les exclamations trop guillerettes d'Alain de Monéys. Ce 16 août il fait trop beau, trop chaud et trop routinier pour que les choses se passent normalement à Hautefaye. Nous, la foule, avons besoin de nous déchaîner sur une victime innocente. C'est la purgation de toutes les passions, c'est la grande bacchanale qui précède la honte, c'est la foule qui guérit d'elle-même en sacrifiant son bouc émissaire.
         Mais comment représenter ce spectacle monstrueux sur scène ? Rassurez-vous, ce n'est pas une pièce gore où vous recevrez des giclures de sang au visage. Ici tout est délicieusement suggéré avec une pointe de cynisme et de tabasco. Un grand coup de hachoir dans les tomates, une porte qui claque comme un couperet, des coups dans les cymbales, quelques lumières psychédéliques et vous voici au coeur vicié du drame. C'est la scénographie qui détruit et dévore votre serviteur sans en perdre une miette.
        Je me surprend parfois à m'agripper au fauteuil ou à saliver au fumet de la cuisine. Comme dans une tragédie antique, je suis plongé au coeur de cet enfer et je dois dire que la bestialité est fascinante. Mais est-ce le comportement des agresseurs ou la torture d'Alain qui nous intéresse tant ? Il s'agirait de ne pas répondre trop vite. Le f.o.u.i.c. recrée ici un spectacle qui a déjà eu lieu ; le public a-t-il radicalement changé ? Les braves villageois de la Hautefaye avaient si vite fait d'Alain de Monéys un représentant du Mal... Gardons-nous d'en faire de même avec eux.
         Ce spectacle électro-rock et culinaire fascine et torture. Courez-y, assistez au massacre avec enthousiasme, et mangez-le si vous voulez !
 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2019 7 28 /07 /juillet /2019 14:12
Bobines et flacons
Bobines et flacons

Bobines et flacons, de la compagnie Artiflette (38) vu le 24 juillet 2019 à 14h15 à la Maison du Théâtr pour enfants dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 9 au 26 juillet 2019.

Création collective  :

Mise en scène : Hélène Grange

Avec : Myriam Vienot et Charlotte Boiveau

Genre : théâtre généreux
Public : Jeune public à partir de 3 ans
Durée : 50 mn

J’ai déjà vu plusieurs spectacles de la compagnie Artiflette (38) que nous suivons depuis une dizaine d’année et j’étais curieux de découvrir ce spectacle pour les tout petits, une première pour la compagnie. Accueillis à Monclar, dans la cadre du Festival Theâtr’enfants, organisé par Eveil Artistique, scène conventionnée Art, enfance et jeunesse.

On entre dans la boutique de Mme Lucette, pleine de flacons aux couleurs chatoyantes et de bobines colorées . C’est gai, accueillant et généreux visuellement. Les petits, arrivés d’un centre aéré voisin, écarquillent les yeux.

Mme Lucette nous accueille avec gentillesse en faisant le ménage dans la boutique. Chaque flacon contient une chanson ou une chansonnette, et Mme Lucette veille bien à ce que les flacons soient toujours remplis.

Marie Renée, l’araignée à 8 pattes, tisse habilement sa toile dans la boutique et apporte un vent de folie dans cette maison bien rangée. Embauchée comme assistante, la voilà qui met son grain de sel dans la jolie boutique. Une histoire simple, pour le plaisir.

Comme à son habitude, la compagnie offre avec générosité l’esprit du cabaret en format de poche : l’araignée marche sur un fil, Lucette chante et joue de l’accordéon avec une grande douceur , Marie Renée se contorsionne, le fil se transforme en castelet pour accueillir une séquence marionnettes, puis en écran pour des ombres projetées.

Le public participe, et comme moi, se laisse entraîner par ce mini feu d’artifice et de formes artistiques. C’est généreux et riche, et l’occasion de belles découvertes et de nouvelles sensations pour les tout petits. D’autres versions un peu plus courtes existent pour les encore plus petits, à partir de 1 an.

Pari réussi pour ce joli spectacle !

 

Partager cet article

Repost0