Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Spectacles commentés
  • Femme
  • musique théâtre spectacle festival cirque
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

Images aléatoires

Recommander

Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 14:50

bal des gens qui passentSpectacle de "La Compagnie du capitaine", vu au Théâtre Gérard Philippe, à Montpellier, le samedi 22 mars 2014 à 21h.


Ecrite et interprétée par: Julien Masdoua, Marion Trintignant, Robert Tousseul, Philippe Hassler et Marine Monteiro
Mise en scène: Julien Masdoua
Création Lumière: Jean-Pierre Ronda et Fabien Montagné.

 

VIVANT2-toiles-3 Salle pleine: 100 personnes

Public: tout public

Durée: 1h30

Création 2014

 

On connaît le talent de Julien Masdoua pour sa répartie et son aisance verbale. Son goût pour le théâtre et son sens de la mise en scène nous embarquent chaque fois dans son imaginaire. Cette fois-ci, avec sa compagnie, il présente un spectacle mimé, parfois dansé, dans un décor minimaliste, et des costumes réduits à l’essentiel.


Le spectateur incarne lui-même le badaud installé en terrasse qui observe les passants comme s’il faisait partie de la pièce. De la femme enceinte adepte de kungfu, au livreur de pizza en quête de gloire, les acteurs vêtus simplement de justaucorps noirs miment des personnages du quotidien. Ils sont présentés de l’extérieur, puis de l’intérieur grâce au jeu des comédiens et à la musique qui agit parfois comme une narration.


C’est sans un mot que s’expriment les rêves de chacun, leurs espoirs, leurs craintes, leurs joies mais aussi leurs chagrins. Ce spectacle accorde une grande liberté à l’expression corporelle, il gagne en émotion et en richesse grâce à la cohérence des morceaux de musique choisis avec l’histoire que chaque personnage nous livre.

L’ensemble est plaisant même si on assiste plus à une série de tableaux qu’à une réelle pièce. Les personnages mimés par les acteurs ne présentent pas tous le même intérêt émotionnel ou artistique. En effet certains personnages, issus de la vie courante, dégagent une magie et une vraie émotion, tandis que d’autres ne s’éloignent pas de la banalité du quotidien que nous connaissons tous.


Le spectacle aurait mérité une mise en scène plus atypique et une transition plus soignée entre les musiques. L’absence de décor dessert également l’ensemble.

Si ce spectacle original s’adresse davantage à un public adulte, il pourra également plaire aux plus jeunes.

 

Richard Gineste

Par Richard Gineste - Publié dans : Spectacle Tout public
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 14:45

blog image aigue Spectacle de la compagnie "Image Aiguë" (69), vu le 7 mars 2014 à l’Espace Culturel Folard à Morières-les-Avignon (84), dans le cadre du Festival de danse "les Hivernales".


De: Christiane Véricelernales

Avec: Fréderic Périgaud, Habibur Rahaman, Burhan Taskiran, Armand M’Passi et quatre enfants comédiens.


vivant-3-toiles-4 Genre: théâtre/danse

Durée: 60 min

Public: jeune public

 

 

Dans une salle polyvalente aménagée en salle de spectacle et devant un public très parsemé, je venais découvrir un peu par hasard, ce spectacle de danse au titre surprenant. Le directeur du festival lui-même, Emmanuel Serafini, présente le spectacle comme un spectacle accessible et ne prenant pas les enfants pour des imbéciles. Il s’agit d’une forme portée davantage par le théâtre que par la danse, qui présente plusieurs scénettes plutôt qu’un seul récit narratif.

 

Quatre comédiens-circassiens adultes - dont un nain -, aux nationalités variées, et quatre enfants comédiens, tous remarquables ! Ne me demandez pas de vous expliquer l’histoire, j’aurais du mal à vous la raconter ! Ce spectacle nous est présenté comme un jeu d'enfant. On se laisse simplement porter par la gestuelle impeccable des comédiens. Ils nous parlent de la faim, de la quête de la nourriture, de l’abri, des frontières, par des personnages qui semblent inquiets, sur le qui-vive, aux aguets. On ressent cette peur qui colle au ventre des exclus, sans que cela ne soit présenté avec des gros sabots. On y voit l’idée de la frontière, de la maison fragile mais rassurante et rassembleuse. On reconnaît ce racisme inquiétant, cette exclusion qui touche les plus fragiles. Cette « morale de la faim » est jouée avec légèreté, teintée d’une élégance magique.

 

Ce spectacle, qui n’est pas forcément facile à présenter sur le papier, nous offre un moment de grâce, jouant avec de nombreuses formes (théâtre, danse, cirque, ombres) en nous proposant un théâtre visuel, riche et sensible. Tout est soigné, et malgré quelques petites longueurs, dues aussi aux effets de répétition (d’innombrables pommes suspendues, symboles de nourriture, descendent vers les comédiens de façon un peu trop systématique), il nous offre ce que peut proposer le théâtre dans ses meilleurs jours. Une proposition ambitieuse qui est portée par des comédiens complets et des enfants comédiens talentueux et prometteurs, formés par Christiane Vericel qui développe un travail très pointu avec eux.

 

Bravo !

 

Eric Jalabert

Par eric jalabert - Publié dans : Spectacle Tout public - Communauté : Spectacle vivant
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 14:35

L-arbre-sans-fin.jpgSpectacle de la "Compagnie Altaïr" (34), vu à la Médiathèque de Lunel (34), le 12 mars 2014, séance publique pour les 4/7 ans.


Adapté du livre de Claude Ponti (école des Loisirs)

Jeu/manipulation : Gwenaelle Tur, Alexandre Pratlong.


vivant-3-toiles-4 Genre: Marionnettes

Durée : 2 versions, de 50 min à 1h en fonction de l’âge

Public: tout public à partir de 4 ans

 

 

Si la Compagnie Altaïr est installée depuis peu dans l’Hérault, ce spectacle a été créé il y a déjà plus de dix ans.  Après l’avoir vu une première fois dans un cadre strictement scolaire au sein d'une école maternelle,  j’ai profité de la programmation de la Médiathèque du Pays de Lunel pour le revoir face à un public familial.


Ce spectacle autonome, qui nécessite néanmoins le noir, s’appuie d'une part  sur diverses techniques de marionnettes (à fils, à tiges, à tringles, d’ombre), qui évoluent dans un très beau décor constitué d’un arbre gigantesque, et sont manipulées en théâtre noir ou à vue suivant les séquences, mais aussi sur l’utilisation de masques qui m'ont fait penser à ceux de la commedia dell’arte.

 

L’histoire est celle d’Hippolène  qui,  avec sa famille, habite le P.remier Arbre. Elle est persuadée que son arbre représente l’univers tout entier,  qu’après une branche, il y a une autre branche, et ainsi de suite, jusqu’aux branches  bleues au loin qu’on appelle le ciel… Cet arbre semble vivant et  animé car habité par des sortes de gousses facétieuses qui rient, les « glousses ».  Un jour que son père l’initie, loin de la maison, à la chasse aux glousses, l’arbre s’illumine, signe qu’il se passe quelque chose de grave.  Sa grand-mère Orée d’Automne, détentrice des secrets de l’arbre, vient de mourir.  De tristesse, Hippolène se transforme en larme qui s’écoule le long des branches jusqu’au sol…  Elle décide alors de partir à la découverte de l’histoire  de ses ancêtres, car elle doit se choisir un nom pour assurer la pérennité familiale, et celle de l’histoire de l’arbre sans fin.

 

Gwenaelle Tur excelle dans son registre de voix et joue à la perfection la petite fille. La musique accompagne le spectacle presque tout du long, parfois de façon un peu trop présente, particulièrement dans des séquences émotion comme la mort de la grand-mère, où j’aurais aimé que ce fût plus silencieux…  Beaucoup de drôlerie,  comme lors de la chasse aux glousses sautillantes, de poésie comme dans la poursuite des papillons, ou lors de la découverte d’un nouveau monde, au sol, par Hippolène.

 

Cette jolie histoire, à la fois triste et pleine d’espoir, est servie par deux manipulateurs talentueux, qui gèrent en même temps le son et la lumière, même si idéalement, un régisseur ne serait pas inutile ! Les marionnettes de styles différents et de dimensions variables, parfois très petites, imposent une jauge limitée et de préférence installée en proximité,  pour que le public puisse apprécier toute la richesse du spectacle. L’apparition de certains personnages ou d’un monstre un peu effrayant  a suscité des réactions apeurées du jeune public, même lorsque la manipulation est assurée à vue. Raison pour laquelle, outre le langage assez soutenu et la densité du spectacle, je le proposerais plutôt à partir de 5 ans…  

 

Cathy de Toledo

Par Cathy de Toledo - Publié dans : Spectacle Jeune Public - Communauté : Spectacle vivant
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 14:32

Dans-la-gueule-du-Gnou.jpgSpectacle de la "Cie BlaBla productions" (34), vu le 13 mars 2014 en séance Centre aéré, au théâtre de la Vista, Montpellier (34).


 

De et avec: Fabien Coulon et Olivier Merlet.

 

VIVANT-3-COEURS-5 Genre: cirque d’objets et « mucirque » 

Durée: 50 min

Public: en famille à partir de 5 ans

Création 2014

 

 

C’est toujours un évènement, doublé le plus souvent d’un grand plaisir, que de découvrir un nouveau spectacle de la Compagnie Blabla productions. Je dois dire qu’il m’a semblé cette fois-ci assister à quelque chose d’assez différent du travail que propose habituellement la compagnie, peut-être plus personnel, plus mature.

Fabien Coulon s’est associé à Olivier Merlet, musicien/bruiteur, comédien au besoin, et leur duo fonctionne à merveille. Une grande connivence semble les unir et leur plaisir de jouer ensemble est perceptible.

Sur le plateau nu, une paire de chaussures apparaît dans un puits de lumière… Puis noir, lumière à nouveau… Un individu s’est glissé dans les chaussures ! Les enchaînements noir/lumière sur le comédien, chaque fois un peu différent,  se succèdent… Effet comique garanti pour l’entrée en matière !

Le comédien entre en mouvement, sans qu’on sache trop bien où va aller ce mime, que la musique,  les bruitages, et une lumière savamment étudiée, accompagnent, sur fond d’applaudissements « à l’américaine »... Bien vite, le bruiteur maladroit fait tomber le rideau qui le cachait au public, et n’a de cesse alors de vouloir lui aussi être dans la lumière !

Qu’importe… Il est à lui seul un spectacle, et le fait de le voir aux manettes, manipuler et mixer musiques, sons, et bruitages divers, ne désacralise en rien sa contribution. La magie opère et accompagne le comédien, un rien cabotin, qui met tout en œuvre pour reconquérir son espace. Tout est bon pour prouver sa supériorité, magie, jonglage, danse, facéties multiples. Fabien Coulon nous livre une belle démonstration de ses talents de circassien accompli.


Que dire alors de ces moments de poésie où il évolue au sein d’une extraordinaire forêt de plumes de paon arrivées on ne sait d’où, en passant par un étonnant duel musical violon contre ballon (sur le thème de Carmen de Bizet), un duo de marionnettes inattendues, et un épisode d’angoissant enfermement entre des murs invisibles qui se resserrent inexorablement autour de lui… Certes, déjà vu, mais Fabien maîtrise la technique, et on s’y croirait !

C’est un spectacle dense dans lequel les tableaux s’enchaînent sans véritable lien, habillés de musique, nimbés d’un éclairage rasant ou plongeant à l’envi, pour se terminer par un ballet de ballons bleutés totalement magique et poétique…Attention, il est indispensable de pouvoir faire le noir dans la salle pour le bon déroulement du spectacle, tout étant basé à ce moment-là sur les effets de lumière.


Dès la fin, les enfants, très attentifs tout au long du spectacle, ne sont pas avares de questions, dont celle que je n’ai pas osé poser, craignant le ridicule… « Pourquoi ce titre ??? »

Si vous voulez connaître la réponse, ne ratez pas l’une des prochaines représentations de ce spectacle tout neuf mais promis me semble-t-il au meilleur avenir…

 

Cathy de Toledo

Par Cathy de Toledo - Publié dans : Spectacle Tout public - Communauté : Spectacle vivant
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 8 avril 2014 2 08 /04 /Avr /2014 10:17

Methode-Urbain.jpgSpectacle  de la compagnie "Les Décatalogués" (26), vu au Kiosque à coulisses, à Eurre (26), le 22 Février 2014.

 

Auteur et comédien: Gibé QB

Mise en scène: Fred Radix

Trickerie: Patrice Arnaud.

 

VIVANT-3-COEURS-5

 

Durée: 1h

Public: tout public

Création 2014

 

 

 

A peine assise, j'ai droit comme chacun des spectateurs installés sur les gradins à une "mise en bouche" très réussie qui nous plonge dans une ambiance fort conviviale : avec l'accent chaleureux de nos lointains "cousins" du Québec, le comédien sur scène interpelle ça et là des membres du public.

Le spectacle proprement dit commence : le comédien ne "jase" plus (parler au Québec) et parle comme chez nous !

Marc André Urbain se présente, il sera notre coach pour un "one man show" d'une heure où, avec un talent et une énergie constants, il explicitera "La Méthode Urbain" en 5 tableaux successifs.

 

Profondément contemporain de par sa forme et son contenu, ce spectacle nous embarque sans aucun temps mort. Le comédien, coach animateur surdoué, excelle dans la prise en charge du public qu'il tient en haleine d'une démonstration à la suivante. Sous une forme légère, cette comédie interpelle sur des faits sociétaux : notamment sur la protection des données privées dans notre société "clonisée par le numérique".

Grâce à un décor épuré, une mise en scène qui par l'habileté des enchaînements sert la qualité du propos, l'attention des spectateurs est maintenue constamment. Réalisée par l'artiste et metteur en scène ardéchois Fred Radix, elle sert magistralement le propos délirant et incisif du comédien. Spectacle participatif, à chaque étape des spectateurs sont appelés comme "cobayes" à venir sur la scène. Le public s'amuse, rit,  "bluffé" par les tours de magie que le comédien réalise.

 

Amusement garanti et ce (chose rare et notable!) à partir d'un texte subtilement écrit à partir d'une observation fine et décapante du fonctionnement de notre société. Une aventure légère à vivre, accessible à tous et fort originale. Bravo pour ce beau travail d'écriture et de composition!

 

Embarqué en salle, le public devrait l'être également dans la rue (ce spectacle est aussi annoncé comme spectacle de rue) bien que, me semble-t-il, la qualité du contenu devrait s'avérer plus audible en salle de spectacle.

 

Le texte du spectacle "La Méthode Urbain", édité, est en vente à la sortie.

 

Lydie Brogi

Par Lydie Brogi - Publié dans : Spectacle Tout public - Communauté : Spectacle vivant
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

les spectacles du Off 2013

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2013 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

Archives

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés